Fonctionerd

Le blog d'un fonctionnaire assez bavard et un peu nerd sur les bords. Anecdotes et tutoriels en perspective.

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Keyword - commerce

Fil des billets - Fil des commentaires

23août

Sadisme téléphonique

Je suppose que je ne dois pas être le seul dans cette situation. A tout moment de la journée, généralement quand c'est le moins opportun, vous êtes en train de manger, de pisser ou de recevoir des amis et le téléphone sonne. Au bout du fil, un(e) étudiant(e) exploité par une boîte de télémarketing et qui tente par tous les moyens de vous refiler une assurance, des meubles, un téléphone portable ou des nouvelles fenêtres quadruple-vitrage.

Voici deux techniques pour se débarrasser des gêneurs. Je tiens à préciser que je n'en veux pas à ces pauvres 'télé-acteurs' qui, au bout du rouleau, finissent par accepter les emplois les plus humiliants pour faire bouillir la marmite. Ma cible, ce sont les grosses sociétés qui sont derrière tout ça ainsi que leurs clients.

Ancienne stratégie

Il y a encore peu de temps, ma stratégie de défense contre ces coups de fils intempestifs était très simple et terriblement efficace. Dès que le correspondant commençait à débiter ses âneries, je l'interrompais sans ménagement pour lui dire "une seconde, ne quittez pas..." et je posais tranquillement le combiné téléphonique sur mon bureau. Généralement, au bout de 4 à 5 minutes à poireauter, l'importun avait compris et raccroché. 

Nouvelle stratégie, le contre-scénario

Lorsqu'ils vous appellent, les petits soldats du télémarketing ont sous les yeux un petit guide d'entretien très efficace qui est destiné à répondre à toutes vos objections afin de vous amener à leur objectif numéro 1 : un achat ou une prise de rendez-vous. L'excellent Martijn Engelbregt a eu l'idée géniale de fabriquer un guide d'entretien similaire pour ceux qui sont dérangés par les appels téléphonique. Vous pouvez cliquer sur l'image ci-dessous pour accéder à la version PDF de ce contre-scénario.

Au cas où le fichier viendrait à disparaitre du site original, vous pouvez également le télécharger en cliquant sur ce lien.

En y jetant un œil, vous vous rendrez compte qu'il s'agit d'une petite merveille rédigée avec beaucoup de sérieux et d'humour à disposer à proximité de votre téléphone et à utiliser dès que l'occasion se présente. J'aimerais beaucoup savoir si certains utilisateurs de ce contre-scénario ont déjà réussi à aller jusqu'au bout de l'entretien avec les coordonnées complètes de l'interlocuteur.

05mar.

Auchan versus coupure des mots

Victoire par KO de la coupure des mots de l'étiquetteuse.

15mar.

Robert Heinlein et la liberté

A l'heure où se discutent les modalités de la future loi "Création et internet" à l'Assemblée Nationale, j'ai trouvé, au hasard de mes lectures, quelques lignes que j'aimerais beaucoup partager avec vous.

Il s'agit d'une citation issue du livre de science-fiction "Révolte en 2100" écrit par Robert Heinlein. Ce livre est le troisième tome de sa série la plus célèbre : Histoire du Futur. Robert Heinlein est considéré, avec Isaac Asimov et Arthur C. Clarke, comme l'un des trois leaders de ce qui fut appelé "l'âge d'or de la science fiction" depuis les années 20 jusqu'aux années 50 aux Etats-Unis.

Voici ce qu'il écrit :

"Lorsqu'un gouvernement – ou une Eglise – dit à ses sujets : « Il ne faut pas lire ceci, il ne faut pas voir cela, il est interdit de savoir telle chose », il en résulte inévitablement une tyrannie, quels qu'aient été les mobiles primitifs. Il faut bien peu de force pour contrôler un homme dont l'esprit est ainsi déformé. En revanche, nulle violence ne peut venir à bout d'un esprit libre, ni la torture, ni les bombes à fission, rien... on ne peut pas soumettre un homme libre. On ne peut que le tuer."

Si on transpose ces quelques mots en 2009 et qu'on les relie au contenu du projet de loi "Création et internet" (souvent abusivement nommé Loi HADOPI), on ne peut que s'étonner de l'extrême actualité de ces paroles. J'ai la nette impression que les majors du disque, les producteurs de cinéma et de télévision souhaitent nous contraindre à demeurer dans leur monde idéal. Un monde où les consommateurs se précipitent sur les disques et les films dont la promo aura été la plus retentissante sans faire preuve du moindre esprit critique.

Je ne peux que vous inviter à contacter votre député, surtout si il fait partie de la majorité, pour l'inciter à voter contre cette loi qui enferme les internautes français dans une prison digne de grandes démocratie comme la Corée du Nord ou la Birmanie. vous pouvez également lire les très intéressants dossiers de La Quadrature du Net qui expliquent bien mieux que je ne saurais le faire les problèmes posés par ce projet de loi.

HADOPI - Le Net en France : black-out

13juil.

Neuf m'impressionne

Hier soir, le téléphone sonne. Voici une retranscription de la conversation qui a suivi :

« - Allo, bonsoir, vous êtes bien Monsieur Fonctionerd ?
- C'est moi en effet.
- Je me présente, je suis Jean Martin de la société Neuf. C'est vous qui utilisez la connexion internet de votre domicile ?
- En partie oui.
- Puis-je vous demander quel est votre antivirus Monsieur Fonctionerd ?
- Aucun, je n'en ai pas.
- Aucun ?!?! Mais vous vous exposez aux virus ?!?!
- Non, j'utilise un système Linux et, sous Linux, pas de virus.
- Ok, vous êtes bien protégé. Je vous remercie Monsieur Fonctionerd. Je vous souhaite une bonne soirée. Au revoir.
»

Ce qui m'impressionne, c'est que le correspondant que j'ai eu au bout du fil a réagi immédiatement lorsque je l'ai informé de mon utilisation de GNU/Linux. Visiblement, soit il connaissait (je n'y crois pas trop), soit il a été bien préparé par la société de télémarketing qui l'emploie (ce que je pense).

Voilà qui vient enrichir la liste des petits signes qui me laissent à penser que GNU/Linux est promis à un brillant avenir. Si les fournisseurs d'accès ont intégré l'existence des systèmes alternatifs, c'est de très bonne augure. Il faudrait maintenant que leurs assistances téléphonique puissent être en mesure de dépanner le client lambda qui utilise Mandriva ou Ubuntu. A ma connaissance, seule la société aujourd'hui disparue Club-Internet avait un support efficace pour GNU/Linux par e-mail avec 24 à 48 heures de délai de réponse.

Neuf n'en est pas à son coup d'essai puisque ses efforts sont constants pour ne pas laisser de côté les utilisateurs de Mac OS ou de GNU/Linux à travers ses multiples services : télévision sur PC, media center.... Sans compter l'ouverture du firmware de la NeufBox 4 qui a permis à certains projets de créer un firmware alternatif.

28mai

Qui veut devenir milliardaire ?

Ce soir la chaîne Canal+ propose un documentaire au sujet alléchant, "Ma vie sans pétrole". Son auteur, John Webster, a décidé de tenter une expérience originale au sein de sa propre famille : vivre pendant une année comme si le pétrole n'existait pas.

Au delà des moyens de transport, c'est une grande partie de la vie quotidienne de cette petite famille qui a été bouleversée. Acheter des produits ne faisant pas appel à l'utilisation de pétrole, en particulier au niveau de l'emballage, se révèle un vrai casse-tête. Même les petits gestes du quotidien comme se laver les dents ou les cheveux deviennent plus compliqués.

Ce qui parait si difficile en 2008 est pourtant le sort auquel nous sommes tous condamnés à plus ou moins brève échéance. Quand le moment sera venu, je fais confiance aux ingénieurs pour trouver rapidement une énergie alternative et peu polluante qui nous permettra de nous déplacer, de nous éclairer, de nous chauffer... etc.

Mais le pétrole a un avantage non négligeable : il peut se transformer en matières plastiques, ce que ne peut pas faire une source d'énergie comme l'éolien, la pile à combustible ou les rayons du soleil. Alors par quoi remplacer le pétrole dans ce domaine précis ? Je me demande si une matière naturelle déjà utilisée dans le passé n'est pas la solution idéale. Je veux bien sûr parler du caoutchouc.

Voilà qui justifie le titre de ce billet. Les milliardaires de demain ne sont-ils pas ceux qui, dès aujourd'hui, se lanceront dans la plantation massive de caoutchoucs (la plante cette fois) et d'hévéas ? Dans ce domaine il faut pas mal anticiper car ces arbres ont besoin de 5 ans (si mes souvenirs sont bons) pour être productifs.

Il ne faut pas non plus oublier la recherche visant à obtenir facilement des matières plastiques dérivées peu couteuses et durables à l'instar de ce qui se fait aujourd'hui. Je suis persuadé qu'il y a encore beaucoup à faire de ce côté là, d'autant plus que la grande époque du caoutchouc est maintenant assez ancienne et que tous les travaux entrepris à l'époque ont été abandonnés.

Et vous, quelle matière première voyez-vous remplacer le pétrole dans un avenir proche ?

26avr.

Sus aux franchises

S'il y a bien une chose que je regrette actuellement au coeur de nos villes, c'est la prolifération générale des franchises. Dès qu'une zone commerciale se rénove, les commerces traditionnels cèdent la place à des enseignes nationales ou internationales.

Fini le petit troquet et ses habitués, envolée la marchande de jouets qui loue aussi des costumes, le restaurant gastronomique où des générations de cuisiniers ont appris à concocter les spécialités locales est maintenant devenu un fast-food...

Pire encore, les habitants des petites villes ont hâte de voir arriver telle ou telle enseigne dans leur ville. Ils ne se rendent pas compte que petit à petit celle-ci va perdre son âme et tout ce qui la rend unique. On finit par entendre ça et là des dialogues surréalistes :

« -Tu as vu, le Maxi-Fringues est enfin ouvert, on va y faire un tour ?
- Ouais, et après on ira se faire un Speed-Sandwitch »

N'avez-vous jamais remarqué en roulant quelques centaines de kilomètres qu'à chaque entrée ou sortie de ville on trouve les mêmes immenses néons, les mêmes hangars climatisés, les mêmes parkings où vont s'agglutiner des consommateurs avides de bonnes affaires ? Toute cette uniformisation me désole.

Après avoir conquis les ZAC, les ZUP et autres ZFU, les franchises s'attaquent maintenant au centre de la ville. J'ai fait mon choix : pas question d'y mettre les pieds ou d'y acheter quoi que ce soit.