Fonctionerd

Le blog d'un fonctionnaire assez bavard et un peu nerd sur les bords. Anecdotes et tutoriels en perspective.

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

18mai

Les manchots du Fonctionerd

Dans un récent billet, Taltan se demandait s'il n'était pas victime d'une crise aigue de sphénisciphilie. En tant qu'utilisateur quotidien de GNU/Linux, il se trouve que je souffre d'une variante un peu moins développée du même mal dont voici les symptômes les plus observables : j'ai chez moi un certain nombre d'objets ayant un rapport plus ou moins lointain avec les manchots.

Par exemple, ce splendide poster :

Il s'agit d'une affiche publicitaire pour le livre "365 pingouins", (un superbe ouvrage très amusant pour les enfants) qui m'a été offerte par une amie bibliothécaire qui connaissait mon intérêt pour GNU/Linux et sa mascotte.

Je dispose aussi de petits objets :

On voit ici 2 fèves trouvées dans des galettes lors de l'épiphanie à deux ans d'intervalle. L'une m'a été offerte, l'autre... eh bien c'est juste un coup de bol, elle se trouvait dans la bonne galette au bon moment. Au deuxième plan, c'est un manchot qui agite ses petites pattes pour nager mais je n'ai pas encore poussé le vice jusqu'à l'inviter dans ma baignoire.

Enfin, le manchot dont je suis le plus fier est sans doute celui-ci :

Je l'ai assemblé moi même à partir de feuilles imprimées selon les gabarits proposés par le site de Canon Japon. Ce ne fut pas une mince affaire, je crois que les enfants sont plus doués que moi pour ce genre de bricolage. Même si les photos ne sont pas très nettes, il n'est pas trop mal, non ?

Il en existe un autre qui est plutôt un Tux en papier à télécharger à partir de cette page : http://www.thepapershaper.com

03avr.

Astuce : quand Cinelerra se bloque avec le bouton STOP

Après l'avoir rapidement testé il y a quelques années et être resté sur une impression négative à cause de nombreux plantages intempestifs, j'ai décidé de me pencher de nouveau sur le logiciel de montage libre Cinelerra.

Pour l'installer facilement avec la distribution GNU/Linux Debian Lenny, il suffit d'ajouter le dépôt Debian Multimédia à votre liste : deb http://www.debian-multimedia.org lenny main Ensuite on enchaîne avec aptitude install cinelerra et c'est réglé.

Si vous utilisez une distribution différente de la mienne, utilisez votre gestionnaire de paquets habituel pour installer Cinelerra.

La déception est grande lors du premier lancement : à peine ai-je chargé une séquence de quelques secondes que le logiciel se bloque lorsque je clique sur le bouton STOP au beau milieu du visionnage. Heureusement la solution n'est pas très difficile à trouver et vous est livrée ici sur un plateau : il faut se rendre dans le menu Settings puis Préférences. Choisir l'onglet Playback et cocher la case Stop playback locks up. Relancer le logiciel et le bug a disparu. Il semblerait que le problème soit lié à l'utilisation d'ALSA pour la gestion du son.

Avec cette version 2.1, que de chemin parcouru ! Cinelerra fait preuve d'une stabilité sans faille (sur mon ordinateur en tous cas) et il devient presque facile à utiliser. On est encore loin de ses principaux concurrents propriétaires mais on s'en approche à grands pas.

Voici quelques liens qui vous seront utiles pour faire vos premier pas dans le montage vidéo à l'aide de Cinelerra :

14mar.

Bouffée d'optimisme

Est-ce l'approche du printemps ? Il y a un « je ne sais quoi » dans l'air qui me rend résolument optimiste quand à l'avenir immédiat des logiciels libres et de GNU/Linux en particulier. Ce sont des petits signes qui, pris isolément, sont peu importants mais qui, une fois réunis, sont particulièrement réjouissants.

J'ai eu l'occasion d'observer un grand nombre de ces signes en l'espace de quelques jours à peine :

  • Partout à Paris et en province les boutiques SFR ainsi que les vendeurs de téléphonie affichent des publicités pour l'Asus Eee PC 701. Le bel objet est même parfois exposé en vitrine quand il n'est pas en rupture de stock. Pour mémoire, il est livré d'office avec un système basé sur la distribution Xandros. A la lecture du forum de blogeee.net il est évident que des flopées de nouveaux utilisateurs de GNU/Linux se fabriquent tous les jours grâce à Asus.
  • Pendant un repas de famille, à table avec une vingtaine de convives, on me demande si j'ai une webcam. Je réponds que oui mais que, n'utilisant ni Mac OS ni Windows, j'aurais beaucoup de mal à communiquer en vidéo avec mes interlocuteurs. Réponse immédiate : « Ah, tu utilises Linux ? ». Là, je dois avouer que j'en suis resté baba, d'autant plus que je n'ai jamais effectué de prosélytisme particulier dans mon entourage familial.
  • La même journée, je jette un oeil distrait à un hebdomadaire féminin et que vois-je encarté entre la page 12 et la page 13 ? Un Asus eeePC 701 grandeur nature (mais en papier glacé). On voit que chez SFR ils ont bien ciblé les personnes qui pourraient être intéressées par un PC portable suffisamment petit pour tenir dans un sac à main.
  • Au sortir d'une rude journée de travail, je n'ai pas fait 5 mètres que, sur le trottoir, je croise un jeune qui tient sous son bras un exemplaire de Linux Pratique. Ça requinque !
  • 30 minutes après le décollage de mon vol, de retour d'un déplacement professionnel, mon voisin de cabine sort un ordinateur portable de son sac. Il l'allume et ... PAF ! C'est Ubuntu qui est en train de démarrer. Je n'ai pu m'empêcher de le féliciter pour son choix. La cerise sur le gâteau, c'est quand il m'explique que sa boite (une société Suisse) a décidé de développer dorénavant exclusivement sous GNU/Linux.
  • Enfin, last but not least, quand un blogueur influent tel que Tristan Nitot intitule son billet « Vista, accident industriel ? » ça en dit long sur la cuisante déception qu'est ce système d'exploitation pour ceux qui l'ont acheté (ou qui se le sont vu imposer). C'est un boulevard qui s'ouvre devant le monde du libre et, même s'il n'a ni la puissance financière ni le service marketing de Microsoft, il faut qu'il s'engouffre dans la brèche pour conquérir les disques durs de la planète.

15fév.

3Go pour le prix de 4 ! Quand les fabricants marchent sur la tête...

En jetant un oeil distrait sur les publicités qui ont envahi ma boîte à lettres ce matin (il faut décidément que j'aille d'urgence à la mairie pour me procurer un autocollant Stop Pub), un catalogue Boulanger a retenu mon attention.

Sur la première page, une offre jamais vue auparavant :

Oui, oui, vous avez bien lu : les gogos acheteurs de cette machines vont payer pour 4Go de mémoire vive alors que le système d'exploitation fourni (Windows Vista Édition Familiale Premium, de sinistre mémoire) est incapable d'en détecter plus de 3 !

Packard Bell ne cessera donc jamais de m'étonner. Si ils voulaient réellement refourguer leur camelote matériel à tout prix, alors ils auraient dû choisir un vrai système d'exploitation, Ubuntu 64bits par exemple. Dans ce cas les 4Go auraient été pleinement exploités et les utilisateurs comblés par la fiabilité, la stabilité et toutes les autres qualités de GNU/Linux.

24janv.

Miro : la télévision du futur est arrivée

Imaginez une télévision qui disposerait de plusieurs milliers de chaînes, une télévision qui ne proposerait que des programmes adaptés à vos goûts, une télévision sans publicité, une télévision haute définition et, comble du bonheur, une télévision 100% gratuite ! Eh bien ce rêve est maintenant devenu réalité grâce à Miro.

Il s'agit d'un logiciel gratuit, et même mieux que ça puisque Miro est libre, que vous pouvez télécharger à partir de ce site : www.getmiro.com. Le site a beau être en semi-franglais, le logiciel est bien en français.

Une fois Miro installé (je vous passe les détails, c'est enfantin), il ne vous reste plus qu'à aller vous balader dans le Miro Guide pour choisir vos "chaînes" préférées. Une chaîne est en réalité un podcast vidéo, il y en a des milliers sur tous les sujets possibles et imaginables. On retrouve des programmes de grandes chaînes de télévision (France 3, Canal+...) et aussi des productions au budget bien plus étriqué (Ask a Ninja par exemple).

Lorsque la sélection est faite, Miro commence à télécharger les dernières vidéos disponibles. Chaque vidéo est stockée sur le disque dur mais, pour ne pas saturer celui-ci (ça peut aller très vite avec certaines chaînes qui sont en haute définition), il y a un système d'obsolescence qui entraîne un effacement automatique au bout de quelques jours. Vous pouvez également choisir de garder une vidéo indéfiniment d'un simple clic.

Après la fin du premier téléchargement, le visionnage peut commencer. Pas besoin de se casser la tête avec des histoires de codecs ou de lecteur vidéo (Quicktime, Media Player, VLC...), Miro lit tout, simplement, facilement. Et puis si vous n'en avez pas assez avec les milliers de chaînes, Miro permet de faire des recherches sur les principaux sites de partage (Youtube, Dailymotion...) et de télécharger les vidéos ainsi trouvées.

Gratuit, simple d'utilisation, multiplateforme et très stable, vous l'aurez compris, Miro est réellement une petite bombe qui révolutionne la manière de regarder des vidéos sur son ordinateur. On pourrait même dire que Miro remplace avantageusement une soirée télé.

Quelques chaînes que je vous recommande :

  • Ask a ninja : un ninja, un vrai de vrai, répond à vos questions les plus délirantes (en anglais).
  • Meet the Gimp : des leçons et astuces pour apprendre à mieux maîtriser Gimp (en anglais).
  • Groland : probablement les seuls rescapés de la "grande époque" de Canal+, une équipe toujours en pleine forme malgré les années.
  • LibéLabo 5 : chaque fin de semaine, un petit bilan des unes du quotidien Libération par un membre de la rédaction.

02déc.

Samsung YP-U3 sous GNU/Linux Debian Lenny

Sous ce titre quelque peu codifié se cache un article contenant quelques astuces qui permettent de faire fonctionner facilement un lecteur Mp3 à mémoire flash de la marque Samsung pour les utilisateurs du système d'exploitation GNU/Linux Debian Lenny. Ces informations sont sans aucun doute également valable pour la version Debian Sid.

Lire la suite

02fév.

Désactiver la combinaison de touches CTRL + ALT + SUPPR sous Linux

Ayant mis en place une borne de consultation d'un intranet en libre service, je commence à découvrir toutes les possibilités offertes par Gnu/Linux Debian pour fabriquer un vrai mode kiosque. J'y reviendrai dans un prochain billet. En attendant je vous propose de découvrir un moyen tout simple de désactiver la combinaison de touches CTRL + ALT + SUPPR (ou CONTROL + ALT + DEL).

Lire la suite

page 2 de 2 -